Nous contacter par téléphone au : 01 87 66 02 66 – Lundi au jeudi : 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 17h – Vendredi : 09h00 à 12h30 et de 13h30 à 16h30

Les différents statuts juridiques d’une entreprise

les differents statuts juridiques des entreprises

Vous lancez votre entreprise mais vous ne savez pas quel statut choisir ? Selon votre situation, votre projet et vos ambitions, le choix du statut est stratégique et à ne pas prendre à la légère. C’est pourquoi on vous aide à décrypter les différents statuts juridiques d’entreprises afin de vous accompagner dans vos démarches.

Il existe plusieurs statuts d’entreprise en France, chacun ayant des avantages et des inconvénients différents. Les principaux statuts d’entreprise en France sont les suivants :

Auto-entrepreneur :

Ce statut est destiné aux personnes qui souhaitent créer leur propre entreprise de manière simple et rapide. Il permet de démarrer une activité professionnelle à moindre coût, mais avec des plafonds de chiffre d’affaires et des obligations comptables allégées.

Les avantages :

  • La création d’une auto-entreprise est simple et peu coûteuse, il n’y a pas de capital minimum requis et les formalités administratives sont réduites.
  • Le statut d’auto-entrepreneur est souple, il permet de changer facilement d’activité ou de statut juridique si nécessaire.
  • Les charges sociales et fiscales sont simplifiées pour les auto-entrepreneurs, ils bénéficient d’un régime micro-social et micro-fiscal qui leur permet de payer moins d’impôts et de cotisations sociales que les autres entrepreneurs.
  • Le statut d’auto-entrepreneur est accessible à tous, il n’y a pas de conditions de diplôme ou d’expérience professionnelle requises pour devenir auto-entrepreneur.

Les inconvénients :

  • Le chiffre d’affaires de l’auto-entreprise est limité, il ne peut pas dépasser un certain plafond (81 000 € HT pour les prestations de services et 170 000 € HT pour les ventes de marchandises) sinon il devra changer de statut juridique.
  • Les auto-entrepreneurs ne peuvent pas déduire les charges professionnelles de leur chiffre d’affaires, ils ne peuvent donc pas déduire les dépenses liées à leur activité pour réduire leur bénéfice imposable.
  • Les auto-entrepreneurs ne peuvent pas avoir des salariés, ils doivent donc gérer toutes les tâches de leur entreprise seuls.
  • Les auto-entrepreneurs peuvent rencontrer des difficultés pour obtenir des crédits auprès des banques, car ils n’ont pas de bilan et de compte de résultat, ils ont donc moins de garanties à offrir.

Société à responsabilité limitée (SARL)

Il s’agit d’un statut juridique qui permet de créer une entreprise avec un capital minimum de 1 euro. Les associés sont responsables de leurs dettes uniquement à hauteur de leur apport. C’est le statut le plus courant pour les petites et moyennes entreprises.

Les avantages :

  • La responsabilité des associés est limitée à leur apport au capital social de la société, ce qui signifie qu’ils ne risquent pas de perdre leur patrimoine personnel en cas de difficultés financières de l’entreprise.
  • La SARL est un statut juridique flexible, qui convient à de nombreux types d’activités et de tailles d’entreprises.
  • La SARL permet de répartir les bénéfices entre les associés selon les parts sociales qu’ils détiennent, ce qui facilite la gestion des relations entre les actionnaires.
  • La SARL est un statut juridique reconnu, qui donne une certaine crédibilité à l’entreprise auprès des clients et des partenaires commerciaux.

Les inconvénients :

  • Le coût et la complexité de la création d’une SARL peuvent être plus élevés que pour d’autres statuts d’entreprise, comme l’auto-entrepreneur ou l’entreprise individuelle.
  • La SARL nécessite la tenue de comptes et de registres plus rigoureux que pour les statuts d’entreprise moins formels, ce qui peut être un inconvénient pour les entrepreneurs qui n’ont pas les compétences ou les moyens de les gérer.
  • La SARL est soumise à des règles de gestion plus strictes que pour les statuts d’entreprise moins formels, ce qui peut être un inconvénient pour les entrepreneurs qui souhaitent conserver une grande liberté de gestion.

Société par actions simplifiée (SAS)

Il s’agit d’un statut juridique qui permet de créer une entreprise avec un capital minimum de 1 euro. Les actionnaires sont responsables de leurs dettes uniquement à hauteur de leur apport. Il est souvent utilisé pour les entreprises ayant des actionnaires étrangers ou souhaitant émettre des actions en Bourse.

Les avantages :

  • La responsabilité des actionnaires est limitée à leur apport au capital social de la société, ce qui signifie qu’ils ne risquent pas de perdre leur patrimoine personnel en cas de difficultés financières de l’entreprise.
  • La SAS est un statut juridique flexible, qui convient à de nombreux types d’activités et de tailles d’entreprises.
  • La SAS permet de répartir les bénéfices entre les actionnaires selon les parts sociales qu’ils détiennent, ce qui facilite la gestion des relations entre les actionnaires.
  • La SAS est souple en matière de gouvernance, elle permet de définir les règles de fonctionnement de l’entreprise selon les besoins de celle-ci.
  • La SAS permet d’avoir des actionnaires étrangers ou des personnes morales comme actionnaires.
  • La SAS est un statut juridique reconnu, qui donne une certaine crédibilité à l’entreprise auprès des clients et des partenaires commerciaux.

Les inconvénients :

  • Le coût et la complexité de la création d’une SAS peuvent être plus élevés que pour d’autres statuts d’entreprise, comme l’auto-entrepreneur ou l’entreprise individuelle.
  • La SAS nécessite la tenue de comptes et de registres plus rigoureux que pour les statuts d’entreprise moins formels, ce qui peut être un inconvénient pour les entrepreneurs qui n’ont pas les compétences ou les moyens de les gérer.
  • La SAS nécessite un capital minimum de 1€, ce qui peut être un obstacle pour certains entrepreneurs qui n’ont pas les moyens de réunir cette somme.
  • La SAS est soumise à des règles de gestion plus strictes que pour les statuts d’entreprise moins formels, ce qui peut être un inconvénient pour les entrepreneurs qui souhaitent conserver une grande liberté de gestion.

Société anonyme (SA)

Il s’agit d’un statut juridique pour les entreprises qui ont un capital minimum de 37 000 euros. Les actionnaires sont responsables de leurs dettes uniquement à hauteur de leur apport. Il est utilisé pour les grandes entreprises cotées en bourse.

Les avantages :

  • La responsabilité des actionnaires est limitée à leur apport au capital social de la société, ce qui signifie qu’ils ne risquent pas de perdre leur patrimoine personnel en cas de difficultés financières de l’entreprise.
  • La SA est un statut juridique reconnu et crédible auprès des investisseurs, des clients et des partenaires commerciaux.
  • La SA permet de lever des fonds auprès d’un grand nombre d’actionnaires en émettant des actions, ce qui facilite l’accès au financement pour les entreprises en croissance.
  • La SA permet de séparer la propriété et la gestion de l’entreprise, ce qui peut être un avantage pour les entreprises qui cherchent à attirer des investisseurs et des dirigeants compétents.
  • La SA permet d’avoir des actionnaires étrangers ou des personnes morales comme actionnaires.

Les inconvénients :

  • Le coût et la complexité de la création d’une SA peuvent être plus élevés que pour d’autres statuts d’entreprise, comme l’auto-entrepreneur ou l’entreprise individuelle.
  • La SA nécessite un capital minimum de 37 000€ et une grande transparence financière, ce qui peut être un obstacle pour certains entrepreneurs qui n’ont pas les moyens de réunir cette somme ou qui souhaitent conserver une certaine confidentialité.
  • La SA est soumise à des règles de gestion plus strictes que pour les statuts d’entreprise moins formels, et il est nécessaire de tenir des comptes et des registres rigoureux, ce qui peut être un inconvénient pour les entrepreneurs qui n’ont pas les compétences ou les moyens de les gérer.
  • La SA est soumise à des obligations légales importantes, comme la tenue d’assemblées générales annuelles, qui peuvent être coûteuses et chronophages pour les entrepreneurs.

Entreprise individuelle (EI)

Il s’agit d’un statut juridique pour les personnes qui exercent une activité professionnelle de manière indépendante, sans passer par la création d’une société. L’entrepreneur est personnellement responsable de toutes les dettes de l’entreprise.

Les avantages :

  • La création d’une EI est simple et peu coûteuse, il n’y a pas de capital minimum requis et les formalités administratives sont réduites.
  • L’entrepreneur individuel a une grande liberté de gestion et de prise de décision, et il n’a pas besoin de rendre de comptes à des actionnaires ou à des associés.
  • Les charges sociales et fiscales de l’entreprise sont calculées sur les revenus de l’entrepreneur, il peut donc bénéficier de certains avantages fiscaux en fonction de sa situation personnelle.
  • L’entrepreneur individuel peut changer facilement de statut juridique s’il souhaite évoluer.

Les inconvénients :

  • L’entrepreneur individuel est personnellement responsable de toutes les dettes de l’entreprise, il peut donc perdre son patrimoine personnel en cas de difficultés financières de l’entreprise.
  • Il peut être difficile pour l’entrepreneur individuel de lever des fonds auprès d’investisseurs ou de banques, car il n’y a pas de séparation entre la propriété et la gestion de l’entreprise.
  • L’entrepreneur individuel peut avoir des difficultés à trouver des partenaires commerciaux, car il n’a pas la même crédibilité qu’une entreprise ayant un statut juridique plus formel.
  • L’entrepreneur individuel peut avoir des difficultés à se faire rembourser par ses clients, car il n’a pas la même capacité de faire valoir ses droits qu’une entreprise ayant un statut juridique plus formel.

Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL)

C’est une forme juridique d’entreprise qui permet à un entrepreneur d’exercer son activité de manière individuelle tout en bénéficiant d’une responsabilité limitée. 

Les avantages :

    • La responsabilité est limitée. En tant que propriétaire unique, votre responsabilité est généralement limitée au montant de vos apports en capital. Votre patrimoine personnel est donc protégé en cas de dettes ou de litiges liés à l’entreprise.
    • En tant que seul associé de l’EURL, vous avez un contrôle total sur la gestion de l’entreprise. Vous prenez toutes les décisions importantes et pouvez facilement adapter votre stratégie aux besoins du marché.
    • Vous avez le choix entre deux régimes d’imposition : l’impôt sur le revenu (IR) ou l’impôt sur les sociétés (IS). Vous pouvez choisir le régime qui vous convient le mieux en fonction de vos revenus et de vos objectifs fiscaux.
    • Opter pour le statut d’EURL peut donner une image plus professionnelle à votre entreprise. 

Les Inconvénients :

    • Des formalités administratives plus lourdes : rédaction des statuts, l’enregistrement au registre du commerce et des sociétés (RCS), etc. Ces procédures peuvent être plus complexes et prendre plus de temps que pour un entrepreneur individuel.
    • La création et la gestion d’une EURL peuvent entraîner des coûts supplémentaires (frais de constitution de la société, frais d’enregistrement, honoraires comptables et frais juridiques éventuels).
    • Bien que la responsabilité soit limitée, il est possible que des garanties personnelles soient demandées par les créanciers ou les institutions financières, notamment en cas d’emprunt ou de dette au nom de l’entreprise.
    • Il peut être plus difficile de lever des fonds, car la structure de l’EURL est souvent perçue comme moins attractive que celle des sociétés avec plusieurs associés. Les options de financement peuvent donc être plus limitées.

Il existe d’autres statuts juridiques pour les entreprises en France, comme les sociétés en nom collectif (SNC) ou les sociétés coopératives (SC), mais les statuts mentionnés ci-dessus sont les plus courants. Il est important de bien comprendre les avantages et les inconvénients de chaque statut avant de choisir celui qui convient le mieux à votre entreprise. Il est conseillé de consulter un avocat ou un expert-comptable pour vous aider à faire le meilleur choix.

Les démarches liées à la création de votre entreprise vous semble fastidieuse ou vous demande trop de temps ? Notre équipe peut prendre en charge cette étape afin de vous libérer de cette lourdeur administrative. Toutes les infos ici >

Retour en haut